Yä-doro Wät (Erythrée – Ethiopie).

Spécialité Érythréenne à base de poulet de d’œuf.

Poulet coupé en morceaux (12) macéré avec eau, jus de citron, zeste et sel pendant 10 minutes. Colorer des oignons, échalotes et ail, ajouter 1 piment et un peu d’eau cuire 5 minutes et ajouter des tomates en petits dés et du concentré de tomate. Ajouter de l’hydromel, cuire. Ajouter les morceaux de poulet sauf le foie, ajouter ail, gingembre et kororima (famille du gingembre = cardamome éthiopienne), cuire 30 minutes. Ajouter le khemem.

Griller le foie et l’ajouter à la sauce.

Cuire les œufs façon coque (blanc cuit et jaune crémeux) et les ajouter après cuisson du poulet après les avoir piqués sans les éclater. Refroidir (la sauce pénètre dans les œufs). Réchauffer le lendemain. Servir avec l’ingera (crêpe ou galette éthiopienne à base de céréale le teff).

Yakitori (Japon).

Yakitori (oiseau grillé), brochettes japonaises de la taille d’une bouchée à l’origine de volaille cuites sur des braises de charbon de bois.

Il s’agit de morceaux de foie, de chair de poulet, de boulettes de poulet haché avec champignons, ciboule, noix de ginkgo, œufs de caille, poivrons.., que l’on enfile par 4 ou 5 sur des brochettes de bambou. Une fois garnies, elles sont trempées dans une sauce « teriyaki » (saké, sauce soja, sucre et gingembre), puis grillées.

Yassa (Sénégal – Mali).

Le yassa est un plat rapide et simple à réaliser, il est apprécié par tous car ses ingrédients sont économiques et simples (oignons, riz, citron, moutarde, piment, ail et assaisonnement).

Le yassa du créole de Casamance signifie « frire », c’est un plat du Sénégal et du Mali (origine diola) à base d’oignons frits et de riz. Il peut être accompagné de viande marinée dans du citron puis frite (yassa à la viande), de poulet ou de poisson.

Yokan (Nerikiri) (Japon).

La pâte de haricot rouge (koshi-an), très présente dans la pâtisserie japonaise, est ici gélifiée grâce à l’ajout d’agar-agar, cette algue japonaise courante dans la cuisine nippone. Cette confiserie ressemble à de la pâte de fruits.

C’est un petit plaisir frais, que l’on aromatise de différentes manières, avec des fruits secs, des jus de fruits… Certains allient les goûts sucrés et salés. Le yokan est souvent de forme rectangulaire, mais on peut aussi le mouler. Il se savoure accompagné d’une tasse de thé.

Yorkshire pudding (Grande-Bretagne).

Spécialité britannique faite d’un mélange d’œufs, de farine et de lait, cuit au four, traditionnellement dans la graisse d’un rôti de bœuf dont ce pudding constitue la garniture classique, le four doit être très chaud pour cuire cette pâte. Une fois le rôti cuit, on récupère de la graisse, le pudding versé dans un plat est cuit 30 minutes.

Ce plat du dimanche comprend : le rôti et son jus, le Yorkshire pudding, des pommes de terre rôties, de la moutarde et de la sauce au raifort.

Ttoro.

Le Ttoro est un plat du Pays Basque, c’est une soupe de poisson garnie. Les morceaux de poissons y restent entiers (non moulinés).

Les femmes des marins (de Saint-Jean-de-Luz, Ciboure, Bidart..) ont toujours cuisiné ce « ragoût » de poissons élaboré autrefois à partir des invendus de lotte, de merlu, de congre et agrémenté de langoustines et de quelques moules. Il est relevé au piment d’Espelette.

Le Turinois.

Gâteau sans cuisson, réalisé avec une purée de marrons additionnée de sucre, de beurre et de chocolat râpé et aromatisé au kirsch. Le mélange est versé et tassé dans un moule carré (rectangulaire ou rond) beurré. Refroidir plusieurs heures et démouler, le Turinois se sert coupé en tranches.

On nomme également « turinois » un petit four frais carré en pâte sucrée garni de purée de marrons au kirsch, puis abricoté et décoré de pistaches hachées.