Le Mojito (Cuba).

L’histoire du mojito remonte au début du xvième siècle  lorsque l’explorateur anglais Francis Drake, entre deux pillages de La Havane, appréciait siroter des feuilles de menthe pilées avec du tafia.

Au xxe siècle, la recette originelle évolua : le tafia  fut remplacé par du rhum et le citron vert vint agrémenter le mélange. Ainsi naquit le mojito connu aujourd’hui, et qui tire son nom du « mojo », une mixture à base de citron initialement destinée à rehausser le goût des aliments.

En 1920, le mojito devint un véritable emblème de la culture cubaine : il fut élevé au rang de « cocktail national de Cuba ».

Très apprécié par l’écrivain et journaliste américain Ernest Hemingway qui venait régulièrement le déguster au légendaire bar de la Havane La Bodeguita del Medio le cocktail finit par s’exporter d’abord aux Etats-Unis puis en Europe, avant d’être préparé dans la plupart des bars du monde entier.

Exemple de recette :

  • – 5 cl de rhum (cubain de préférence)
  • – 2 cl de jus de citron vert (lime)
  • – 2 cuillères à café de sucre de canne roux
  • – feuilles et tiges de menthe verte
  • – 3 cl d’eau gazeuse environ
  • – angostura (quelques gouttes) facultatif
  • – glace pilée ou glaçons

La réussite du mojito dépend en grande partie du rhum que vous utilisez, donc ne prenez pas un rhum trop fort qui masquerait le goût des autres ingrédients.

La Margarita – Histoire du cocktail.

Créé en 1948. Une part acide, une part sucrée, une part amère: la formule magique qui a fait surgir beaucoup de dérivés, mais… l’original est toujours là.

 Des centaines de bars mexicains en revendiquent à tort la paternité. On raconte aussi que la Margarita est née en 1959, pendant un concours du meilleur Cocktail américain. La Margarita y aurait été présentée par John Durlesser, barman travaillant au « Tail O’the Cock » de Los Angeles qui, 23 ans plus tôt, serait parti à la chasse avec sa fiancée mexicaine du nom de Margarita, qui aurait reçu une balle perdue et en aurait péri. Les regrets d’un barman, gardés pendant des années, auraient donné naissance à ce Cocktail unique. C’est une très belle histoire, mais il s’avère qu’elle est inexacte.

L’origine exacte est la suivante : la Margarita a été inventée en 1948 par la mexicaine Margarita SAMES. Margarita Sames et son mari (un riche homme d’affaires) recevaient régulièrement des invités venus des quatre coins du monde dans leur maison à Acapulco. Fréquemment, Mme Sames leur servait un mélange composé de tequila, de jus de citrons verts frais et de triple sec. Séduits par ce Cocktail, ces invités le baptisèrent de son prénom, lui rendant hommage par la même occasion : la « Margarita » était née. .

La Margarita a souffert de sa popularité. Durant les vingt dernières années, elle est en effet devenue une sorte de Cocktail de plage, un sorbet à la tequila pour clubs de vacances. Le pire a été atteint quand on a commencé à la servir dans ces « restaurants » où l’on accroche des guitares au plafond ou encore dans nombre d’établissements Tex-Mex, qui sous l’appellation Margarita, servent en fait une eau de vaisselle acidulée au sirop de citron qu’un homme de goût digne de ce nom ne peut accepter. Tout ceci pour dire qu’on a fini par oublier que la Margarita est bien un véritable Cocktail. Préparé de cette façon, c’est même l’un des meilleurs Cocktails de tous les temps et ce n’est donc pas pour rien que c’est le plus populaire. Le verre utilisé a même été baptisé du nom de « Verre à Margarita« .  Le givrage au sel fin apporte toute sa dimension au cocktail.

Tequila 5 cl – Cointreau 3 cl et jus de citron vert 2 cl.

Le Perroquet (Boisson).

Dans les années 1850 « étouffer un perroquet » signifiait consommer une mauvaise absinthe.

Après l’interdiction de l’absinthe (remplacée par le pastis), certains clients ne se sont pas adaptés et voyaient le pastis comme une mauvaise absinthe.

Etant la seule boisson anisée légale, ils demandaient au tavernier un perroquet, qu’ils s’empressaient de mélanger avec d’autres ingrédients (dont le sirop de menthe) pour masquer le mauvais goût de cette fausse absinthe.

En Belgique le perroquet signifie également de la bière additionnée de sirop de menthe.

Recette habituelle : 4 cl de pastis, 1 cl de sirop de menthe + eau et éventuellement glaçon.

La Mauresque.

La Mauresque ou Moresque (mauresco en provençal) est un cocktail confectionné à base de Pastis et de sirop d’orgeat et

additionné d’eau fraîche et éventuellement de glaçons.

C’est une boisson très prisée en Provence et originaire de Corse. On peut supposer que son nom est lié à l’influence historique de l’invasion mauresque.

C’est une boisson très prisée en Provence et originaire de Corse. On peut supposer que son nom est lié à l’influence historique de l’invasion mauresque.

Le véritable orgeat est une très ancienne boisson à base d’orge que l’on buvait en été parce quelle était rafraîchissante. Il y avait plusieurs manières de le préparer. Parfois, on ajoutait à l’orge des graines de melon et de concombre ainsi que des amandes douces pilées. C’est sans doute l’usage de ces dernières qui donna naissance à l’actuel orgeat.

Aujourd’hui, en France, l’orgeat est obtenu essentiellement par condensation du benzaldéhyde extrait des amandes amères. C’est ce qui donne un goût tout à fait analogue à celui de l’orzata italienne, boisson à base de benjoin.

Le Spritz (Venise – Italie).

Le Spritz est à la base un apéritif qui vient d’Italie, il est apparu pendant la période sous dominante autrichienne.

Il est de nos jours consommé dans les villes de Vénétie et du Frioul-Vénétie-Julienne.

En apéritif ou en long drink, le spritz est consommé à toute heure du jour ou de la nuit par les vénitiens et les frioulans.

Recettes :

  • * Apéritif ;

Versez 2 doses d’Apérol, 3 doses de vin blanc Prosecco et un trait d’eau San Pellegrino. Finir tranche d’orange et olive verte.

Long Drink ;

Versez 6 cl d’Apérol (apéritif à base de rhubarbe, gentiane et oranges amères), 6 cl de vin blanc Prosecco (effervescent), 6 cl d’eau gazeuse San Pelligrino et quelques glaçons. Finir avec une tranche d’orange non traitée.

On peut remplacer l’Apérol par du Campari, du Select ou du Cynar (liqueur à base d’artichaut).

Le Spritz se trouve également dans le commerce en bouteille préparée, le résultat est inférieur mais servi bien frais l’effet est agréable.

Le Bellini (Cocktail).

Le cocktail Bellini a été créé à Venise au Harry’s Bar et est devenu depuis une boisson emblèmatique à Venise. Le Harry’s Bar a été fondé en 1931 et est depuis un rendez-vous prisé de nombreuses personnes de passage et de Vénitiens (Ernest Hemingway en était un client assidu lors de ses séjours).

La création du Bellini est attribuée à Giuseppe Cipriani le patron du Harry’s Bar.

C’est un cocktail qui mélange le nectar de pêches blanches et le Champagne (ou le Prosecco « champagne » Italien).

Le Bellini a été conçu en 1948 et doit son nom au peintre Italien Giovanni Bellini et non au compositeur sicilien Vicenzo Bellini.

Toute la difficulté et l’équilibre du Bellini dépend de la qualité du nectar de pêches blanches.

Exemple de recette :

  • – Monder et mixer  des pêches blanches (mûres). Citronner très légèrement.
  • – Verser 5 cl de pêches (ou de nectar) dans une flûte.
  • – Compléter avec du Champagne brut bien frais ou du Prosecco Italien.
  • – Décorer avec un quartier de pêche ou une framboise fraîche.